• Bonsoir,

    Je vous propose ce mois-ci un petit pain japonais que les fans d’anime connaissent bien. Il est rond, doré et sucré. Mais, qu’est-ce donc ? Le…

     

     

    ◈Ingrédients pour la pâte sucrée◈

    ・250 g de farine

    ・125 g de beurre

    ・125 g de sucre glace

    ・1 œuf

     

    ◈Ingrédients pour 8 brioches◈

    ・150 g de farine T55 (2 fois)

    ・50 g de sucre

    ・50 ml de lait (tiède)

    ・50 ml d'eau (tiède)

    ・6 g de levure du Boulanger

    ・50 g de beurre

    ・1 œuf

    ・2 g de sel

    On commence par  la pâte sucrée :

     

    1. Passer le sucre glace et la farine au tamis.
    2.  Ajouter le beurre et faire comme une pâte sablée.
    3. Ajouter  l’œuf et mélanger.
    4. Laisser reposer au frigo pendant  10 heures.
    5. Si c'est trop long pour vous, attendez au minimum 2 heures (sinon la pâte sera plus petite, plus dur et les gâteaux seront moins beaux).
    6. Faire des formes rondes (emporte-pièce, ramequin...).

     

     

    Le lendemain où au bout de 2h, préparer les brioches :

     

    1. Mélanger 150 g de farine, le sucre, le lait, l'eau, la levure du Boulanger et l’œuf.
    2. Mélanger de nouveau, 150 g de farine et le sel.
    3.  Ajouter le beurre et travailler pendant 30 minutes environ.
    4.  Laisser pousser pendant 1 heure dans un four à 40 degré.
    5.  Enlever le gaz à l'intérieur de la pâte.
    6. Diviser en 8 et former des petites boules.
    7. Laisser reposer pendant 15 minutes et mettre un torchon mouillé sur la pâte.
    8. Couvrir la pâte avec la pâte sucrée.
    9. Mettre le sucre sur la pâte.
    10. Laisser pousser pendant 30 minutes au four à 40 degré.
    11. Faire cuire 12 à 15 minutes au four à 170 degré.

     

    Tout chaud !

    Bon appétit !

     Source : Les Recettes d'une Japonaise 

     

    Le Melon Pan est une brioche sucrée qui se déguste (chaude ou froide) aussi bien au petit-déjeuner qu’au goûter accompagné d’un bon thé vert ! A la prochaine les amis.


    votre commentaire
  • Konichiwa mina-san,

    Aujourd’hui, notre thème se poursuit toujours dans l’action et je vous propose de revenir sur l’auteur Akira Norikazu. Oui, c’est deux yaoi qui sont mis à l’honneur dans ce dossier. Le premier étant…

     

     

    One-shotTitre original : Beast & Feast

    Genre : romance - mafia - policier - mature

    Type : Yaoi (+18 ans)

    Éditeur : Taifu Comics 

    Date de parution : 23 février 2017

    Nombre de volumes parus : 1/1

    Prix : 8.99€

     

    ◦❥•

    Synopsis

    ◦❥•

     

    Dans le cadre d’une enquête sur un meurtre, l’inspecteur Kazuha Hishinuma est amené à revoir Itsuki Hyôdô devenu un yakuza. Au collège ils faisaient aussi bon ménage que l’eau et l’huile, Itsuki a toujours été attaché à Kazuha et il accepte de lui donner des informations importantes, concernant l’enquête à condition qu’ils couchent ensemble.  Mais si Kazuha refuse une première fois, Itsuki ne compte pas abandonner aussi facilement.

     

     

    Le spith est le suivant, Kazuha est inspecteur de police et il se retrouve à enquêter sur les meurtres de coréens. Lors de son investigation celui-ci reconnait alors, Itsuki, ancien camarade du collège. Kazuha à l'époque avait attiré la sympathie du délinquant en lui infligeant une prise de judo sans était alors suivi une pseudo amitié. Non réciproque, puisqu’à la fin du collègue aucun des deux n'avait gardé le contact.

    Seulement maintenant, Hyôdô est devenu l'exact opposé de celui qu’il était. Commence alors, un jeu du chat et de la souris pour Kazuha et Itsuki ou les rôles du passé se retrouve finalement inverser. Qui cédera à l'autre ? Et qui aura le dessus ? Sentiments, doutes et passion sont de mises.

     

     

    Je suis un peu déçus par ce volume, qui avait pourtant matière à nous offrir une bonne histoire, un tant soit peu captivante du fait des métiers des protagonistes. Et le bât blesse au niveau du scénario qui est quasiment inexistant, mal exploité et  surtout un prétexte à la rencontre des deux. Kazuha est trop fade et immature pour prendre des initiatives, face au féroce et sauvage Itsuki ne cessant de le dévorer avec ou sans son consentement.

    Un mauvais point, qui rend la lecture insipide et des personnages sans personnalités. On remarque ainsi, que tout n'a été calculé que pour amener les scènes d’intimités. Heureusement elles sont assez standardisées, mais sympathique. De plus, les quelques rebondissements tentés par la mangaka,  apparaisse et disparaisse aussi vite d'un cheveu sur la soupe. Dommage ! C’est une romance sans fond qui sera hélas vite oublié.

    Extrait de Beast & Feast

    Vous êtes plutôt univers policier ou plus dans celui des yakuza, Beast & Feast vous propose cette romance très sensuelle où la « bête » pourrait bien vous dévorer toute crue.

     

    Et on termine par son spin-off…

     

     

    One-shotTitre original : Spicy & Sugary

    Genre : Drame - Mature - Romance

    Type : Yaoi (+18 ans)

    Éditeur : Taifu Comics

    Date de parution : 23 mars 2017

    Nombre de volumes parus : 1/1

    Prix : 8.99€

     

    ◦❥•

    Synopsis 

    ◦❥•

     

    Enquêteur de police, Nagai vit depuis quelque temps avec Kitahara, un ancien camarade de lycée qui s’est invité chez lui après avoir été mis à la porte par son ancien petit ami. Malgré leur fort caractère, la cohabitation se passe plutôt bien et ils ont appris à s’apprécier. Bon cuisinier, bien que constamment à la recherche d’attention, Kitahara animé le quotidien de Nagai. Malheureusement, la situation est sur le point de changer le jour où Kitahara apprend à Nagai qu’il compte repartir vivre avec son ex.

     

     

    On suit ici, deux protagonistes masculins qui se sont rencontrés durant leur scolarité. Alors, qu'ils se recroisent une fois adulte, nul n'était destiné à tomber amoureux de l'autre. Nagai étant un inspecteur de police respectable, au bureau de lutte contre le crime organisé, trentenaire et célibataire, du fait que son travail qui l'accapare beaucoup. Natsuo quant à lui collectionne les petits boulots, préférant vivotait, a un emploi stable.  

    Bien que le Uke et le Seme ne se connaissent pas plus que cela, tous deux vont arriver à une routine de colocataire. Pourtant, quand Kitahara décide de retrouver son ex-petit-ami, la réaction de Nagai ne se fait pas attendre et chacun se pose des questions sur ses sentiments

     

     

    Extrait de Spicy & SugaryL'intrigue n'a certes,  rien d'exceptionnel est, reste assez banal, mais cela est plaisant. De plus,  les héros ne seront pas des inconnus des yaoistes, puisque l'auteur Akira Norikazu a repris ceux présent dans son autre manga « Beast & Feast » dont nous venons de parler ci-dessus. Un petit clin d'œil intéressant faisant office de cross-over et où l'on retrouve le temps de quelques pages le Kazuha et Itsuki.

    Au niveau du design cela reste simple et pas très recherché allant à l'essentiel, mais il correspond bien à l'ambiance malgré tout. Les scènes de nudités sont aussi au rendez-vous, mais présente sens trop en faire. La relation de couple est réaliste, avec les habituelles questions sur l'homosexualité et la vie sociale. On apprécie aussi la partie bonus, véritable lieu de défouloir pour l'auteur et le fan-service bien présent. Finalement, c’est drôle et sérieux à la fois, pour une lecture facile et agréable !

     

    Un one-shot qui plaira aux fans de Boy's Love, pour sa thématique sur les relations amoureuses pas toujours simple à concrétiser ! En espérant, avoir aiguillé le choix de vos futures lectures.

    Mata ne

    votre commentaire
  • Yeoleobun annyeonghaseyo,

    Après nos deux J-drama en début de mois, je reviens non pas sur une, mais bien deux séries coréennes. Au programme encore et toujours de l’ACTION et une ambiance sombre ! Découvrez…

                   

     

    AfficheTitre original : Seuwichi: Sesangeul Bakkwora – Gongjagwang /스위치: 세상을 바꿔라 / 공작왕

    Titre alternatif : Operation King - King Peacock

    Genre : comédie – action - thriller – juridique

    Chaîne de diffusion : SBS

    Première diffusion : du 28 mars au 17 mai 2018

    Plateforme de diffusion : Dramapassion 

    Épisodes : 16 (32 x 35 min)

     

    ▌│█║▌║▌║

    Synopsis 

    ║▌║▌║█│▌

     

     Sa Do-Chan, avec son QI de 168 aurait pu devenir procureur, mais le destin en a décidé autrement et le voici devenu escroc professionnel. Et il est plutôt doué, accompagné de ses fidèles équipiers. S’il lui est arrivé de prendre le rôle de procureur le temps d’une arnaque, il ne pensait pas que les choses tourneraient ainsi. Do-Chan se trouve être le parfait sosie du procureur Baek Joon-Soo, une référence dans le milieu. Alors qu'il enquêtait sur une sombre affaire, celui-ci est victime d’un accident et se retrouve dans le coma. Pour le bien de l'enquête, l'information ne doit surtout pas s'ébruiter. C'est ainsi que le procureur Oh Ah-Ra va demander à Sa Do-Chan de prendre la place de Baek Joon-Soo.

     

    ▌│█║▌║▌║

    Acteurs

    principaux 

    ║▌║▌║█│▌

     

     

     

    Le drama porte bien son nom puisque l’un des principaux attraits réside dans le rôle « double » du protagoniste principal. On y découvre ainsi tous les talents de l’acteur étant aisément dans la peau d’un escroc audacieux, où dans celui d’un homme froid appliquant la loi. En dehors de cela, la trame de fond nous fait suivre les deux côtés de la balance de la justice. Que ce soit le domaine de la légalité (les procureurs) ou l’inverse (la bande de Do-Chan), nous sommes rapidement dedans.

    En partant du passé de Do-Chan, les pièces du Janggi (jeu d’échecs coréen) se déplacent à travers des retournements de situations nombreux et  peu de temps mort. On veut croire à la justice et à ses lois censées aider les victimes. Cependant, il faut admettre que les méthodes des arnaqueurs sont plus rapides et efficaces, selon les situations. Le domaine journalistique est aussi exploité ainsi que, celui de la politique.

     

     

    La double prestation de Jang Geun-Suk  (Sa Do-Chan / Baek Joon-Soo), nous offre ainsi deux visions du monde, des méthodes différentes et des caractères opposés. Un choix certes, classique et déjà vu pourtant, cela fonctionne. En effet, il nous est aisé de les différencier, mais jusqu’à un certain point, car plus l’intrigue évolue et cela devient difficile.

    La corruption dans le milieu juridique est également, palpable, le procureur Oh et sa bande en feront souvent les frais. Rien ne sera gagné d’avance rendant l’intrigue prenante et réaliste. Le vocabulaire des arnaqueurs reste,  intéressant ainsi que leurs mises en scènes, rappelant un autre drama (Police Unit 38), au sujet similaire.

    Geum Tae-Woong le « cerveau » de tous ce complot donne bien du fils à retordre à nos héros. Ce personnage représente à lui seul le « grand vilain ». L’acteur ne fait qu’un avec cet homme avide de pouvoir et de richesse qui a tout sacrifié, pour une place au sommet. Ses sous-fifres ont également leur importance. Les deux camps nous proposent une vision et une approche bien menée de notre société.

     

     

    Le pitch nous pousse dans un univers régit par deux clans : celui de la loi et des pots de vins. Loin d’être nouveau ou inconnu excepté pour un débutant. Il ne révolutionne pas  le genre, mais tient sa promesse de divertir. Grâce à  l’apport de personnages imposants, drôles ou encore intriguant ! Le scénario ne déçoit pas, offrant suspens, désillusion, surprise et révélation. Les liens entre les personnages sont maîtrisés, mais parfois en dents de scies. La bande-son s’intègre parfaitement dans le paysage.

    Globalement, la série est agréable et son scénario captivant tous comme ses acteurs toutefois, elle sera vite oubliée comparée à d’autre. Le final manque d’ailleurs, de cohérence semblant un poil trop simpliste.

     

    ▌│█║▌║▌║

    Trailer

    ║▌║▌║█│▌

     

     

     

    C'est une comédie qui avec l’aide de son héros nous divertie. On y retrouve tous les éléments d’un bon récit, pour les amateurs de méchants et de justice.

     

    0:00 •────────────• 00:35

     

    Et pour conclure…

     

     

    Affiche!Titre original : Gootbai Miseuteo Beullaek / 굿바이 미스터 블랙

    Titre alternatif : Goodbye Mr. Black

    Genre : action – romance - mélodrame

    Chaîne de diffusion : MBC

    Première diffusion : du 16 mars au 19 mai 2016

    Épisodes : 20 x 60 min

     

    ▌│█║▌║▌║

    Synopsis 

    ║▌║▌║█│▌

     

    Cha Ji Won est un héritier de chaebol et officier des forces spéciales de Corée du Sud. Il est cependant, loin d'imaginer la conspiration qui se trame contre sa famille effectuée par son meilleur ami Min Seon Jae, sous les directives de Baek Eun-Do. Seon Jae de son côté est intelligent avec un sang-froid marqué par un passé malheureux. Partageant le quotidien de Ji Won et ayant grandi à ses côtés, il n'hésite pas à le trahir afin de prendre le contrôle de l’entreprise et le démunir de tout, y compris de sa fiancée Yun Ma Ri. Ji Won fini ainsi par être accusé d'un crime qu'il n'a pas commis. Devenu fugitif, ce dernier trouve refuge en Thaïlande. Là-bas, il croise Khaya, orpheline à la personnalité joviale et obstinée et Meutong un arnaqueur...

     

    ▌│█║▌║▌║

     Acteurs

    principaux 

    ║▌║▌║█│▌

     

     

     

    Le drama se classe dans un genre pour le moins ordinaire voir classique puisque, notre héros est dépossédé de toute sa fortune, par une personne qu’il avait en haute estime. Bien que, cela ne surprenne pas outre mesure, la suite est intéressante notamment, la mise en place du plan de vengeance, mais surtout sa durée limitée d’action due à la maladie de Ji Won... En apportant une touche de mélodrame, la série n’en devient que plus intense. En faites, plus les malheurs s’accumulent et plus on gagne en évolution des protagonistes. Que ce soit la mort, l’amour, l’argent ou la jalousie on identifie vite l’objectif de tous les participants.

     

     

    L’histoire foisonne de nombreux personnages se faufilant progressivement dans l’histoire et révélant ainsi, trois camps. Le premier étant celui de Ji Won, Kahya et Meutong dont le but est de restauré le statut perdu de notre homme. Le second est représenté par Seon Jae (et Ma Ri ignorant à peu près tout) qui a tout volé par jalousie avec l’aide de Eun Do. Enfin le dernier camp, se caractérise par le fait, qu’il se sert des deux premiers pour récupérer la mise (l’entreprise). Et c’est Baek Eun Do et ses sbires, homme manipulateur, accro de puissance et d’argent, ne reculant devant aucun obstacle qui en est le leader ! Une belle brochette d’acteur qui exerce bien ses talents et nous fait passer du rire, aux larmes.

     

     

    Goodbye Mr. Black, n’a malheureusement pas réussit à se démarquer des autres pitch similaires et nombreux sur le sujet. Le scénario est correct cependant, il ne surprendra pas traînant même en longueur et sur des sous-intrigues pas toujours efficaces. De plus, il finit par ce centré plus, sur la romance qu’autre chose… Le format d’une vingtaine d’épisode étire trop la trame finissant par ne plus avoir d’intérêt ! D’ailleurs, le final est sans aucun doute ce qui déçoit le plus, mise à part le retournement de situation bien trouvé, mais tombant vite à l’eau… Il ne s’agit pas d’une mauvaise série en soit pourtant, elle s’adresse plus à des débutants dans le domaine qu’à des vétérans du registre !

     

    ▌│█║▌║▌║

    Trailer 

    ║▌║▌║█│▌

     

     

    Le drama pousse le spectateur dans la vengeance, sous forme de course contre le temps avec néanmoins, un soupçon de romantisme !

     

    0:00 •────────────• 00:59

     

    Switch & Goodbye Mr. Black offre chacun une vision attirante de la vie d’un groupe de personnes. Le choix n’attend plus que vous.

    da-eum-e tto mannayo

     


    votre commentaire
  • Ohayo mina-san,

    Aujourd'hui, notre thème se poursuit avec un anime et le retour du tokusatsu pour cette licence que vous connaissez bien à présent puisque vous ayant parlé de Jinga. L'intrigue nous pousse aux côtés de plusieurs personnages afin, de découvrir ce que représente « ELDORADO », tout en combattant des horror.

     

     

    AfficheTitre original : 牙狼<GARO>-VANISHING LINE-

    Œuvre originale : drama

    Genre : tokusatsu– science-fiction – Action

    Studio d’animation : Mappa

    Plateforme de diffusion : Wakanim

    Période de diffusion : du 6 novembre 2017 au 30 mars 2018

    Épisodes : 24 x 24 min

     

    ♘Synopsis :

     

    La métropole de Russell est sous le joug quotidien de monstres démoniaques venus d’une dimension magique. Sword, est un chevalier Makai se battant chaque jour en secret pour défendre la ville de ces créatures qui prennent possession des habitants. Un jour, au plein milieu d’un combat, il fait une découverte qui  bouleversera sa routine ; celle d’un étrange mot clé : « El Dorado ». Derrière ce terme se cache un terrible complot orchestré par les horror. Commence ainsi une enquête de longue haleine pour Sword, épaulé par Sophie, une jeune femme dont il fait la rencontre alors qu’elle se trouvait également sur la piste d’ « El Dorado ».

     

    ♘Seiyu principaux :

     

     

     

    C’est le troisième anime de la licence Garo pourtant, ils n'ont rien en commun, si ce n'est que tous reprennent les codes propres au genre. La première série s'inspirait du moyen âge à travers l'Inquisition espagnol, la seconde était quant à elle typiquement japonaise se déroulant durant l'ère impériale de Heian (794 – 1185). Pour celle-ci, il fallait donc, revenir dans une époque plus moderne et proche du public visé.

    L'histoire reste tout de même dépaysant puisque Russel City ressemble à s'y m'éprendre à une mégalopole américaine ainsi que des paysages désertiques et des canyons. On le retrouve également, dans la nourriture engloutit par Sword souvent un bon gros steak et des frites apportées par une serveuse sur patin à roulette. Le concept du western est surtout présent dans les batailles avec les horror (créature prenant possession d'humain avant de le tuer) ou la tension est palpable, rapides,  intenses et bien réalisés. Pour ceux qui comme moi connaisse bien la licence cela vous plaira à coup sûr, les néophytes devraient y trouver également, leurs comptes.

    Pour faire court,  la série suit une ligne scénaristique classique où un groupe de combattant part à la recherche du grand « méchant ». Enfin, la transformation du chevalier makai  à l'heure où les super-héros, sont monnaie courante ne surprendra guère !

     

     

    Garo is back !Le récit ne se contente pas de nous faire vivre une intrigue, il nous interpelle de par ses personnages hauts en couleur.

    Que ce soit Sword, le chevalier le plus puissant, Sophie ne connaissant rien au monde de ce dernier, Luke le prêtre solitaire ou encore Gina la pulpeuse prêtresse ne reculant devant aucun obstacle. Chacun à son propre but et pour certains un passé difficile.

    L'histoire à travers cet anime en deux parties nous offre beaucoup de sentiments et de psychologie. Leurs relations en plus d'être complémentaires évoluent dans les règles de l'art s'en pour autant, oublier la personnalité de chacun. Toutefois, ils sont reconnaissables tout en restant dans les codes standardisés !

     

     

    L'univers de Garo, est vaste et se renouvelle à chaque nouveau projet grâce à Amemiya Keita le créateur de la série. Dans cet anime nous sommes en terrain familier. Le pitch nous propose, de se pencher sur les vices et autres désirs de tout un chacun sans jugement. Le concept s'adresse à un large public, (bien que cela soit parfois violent) la série joue avant tout sur l'approche de ses personnages très bien développé.

    Les adeptes de la licence ne seront pas déçus retrouvant de ce fait, le charme habituel de la série à sucés. La réalisation et le chara design des horror sont travaillés ainsi que les décors de ville et  les villages désertiques. L'intrigue est fluide avec des moments tantôt centré sur l'action tantôt tirant sur la corde sensible. Le fils conducteur reste présent jusqu'au dénouement bien amené, on regrette cependant, l'apparition peu cohérente du boss final passant à la trappe. Côté bande son, les thèmes songs apportent un plus indéniable avec un soupçon électro intéressant.

     

    ♘Trailer :

     

     

    L'anime Vanishing Line Garo renoue avec le genre tout en y apportant de la modernité et des questionnements sur ce que nous sommes.

    Mata kondo

    votre commentaire
  • Konichiwa Asian fans,

    On poursuit le thème du mois (l’action) avec un nouvel avis qui portera cette fois, sur un film live qui n’est pas passé inaperçu sur Netflix. Découvrez ce que vaut le long métrage de...

     

     

    AfficheTitre original : Bleach

    Manga original : Tite Kubo

    Genre : action – aventure - fantastique

    Plateforme de diffusion : Netflix 

    Date de sortie : 20 juillet 2018

    Durée : 1h48

     

    【Synopsis】

    Quand le lycéen, Ichigo est soudain investi de pouvoirs de shinigami, lors de sa mystérieuse rencontre avec Rukia, celui-ci va découvrir un nouveau monde. Cependant, il devra tout d'abord récolter quelques âmes.

    【Acteurs principaux】

     

     

     

    Adapter une licence à sucés tel que Bleach est toujours à double tranchant. Quand on sait que la fanbase ne fera pas de cadeau, en cas de fausses notes. Nous retournons, de nouveau aux côtés de Ichigo orphelin de mère et ayant le don particulier de voir les esprits. Le choix du scénario n’a rien d’original, mais au moins il touche un large public. Ici il s’agit de suivre la quête du héros avec ses hauts et ses bas, mais également ses questionnements, à travers un univers inconnu. De plus, le jeune homme va lentement évoluer, apprenant à combattre tout en étant, un adolescent lambda. Le pitch ose nous sortir le grand jeu quand il s’agit des hollow et nous ne sommes pas déçus par la qualité de ceux-ci. Toutefois, l’intrigue qui démarre de manière intéressante, fini par s’essouffler !

     

     

    Sacré katana !Globalement, on peut dire que chaque acteur  a plus ou moins cerné le rôle qui lui a été attribué. Cependant, certains y sont mieux parvenus que d’autre tirant la couverture sur eux. Visuellement en se basant sur le graphisme des personnages, les cheveux de Kurosaki sont plus naturels que dans le manga et c’est un bon point. Pour Rukia, sa taille a été respectée ainsi que son caractère. Concernant  Renji et Byakuya quel déception ! Renji se retrouve avec un lien de parenté improbable et se voit affublé d’un bandana en simili cuir au lieu de lunette. Tandis que le capitaine Kuchiki à le crâne rasé, des dreadlocks et surtout parle beaucoup trop. Où est passé sa froideur et la noblesse de son rang ? On y retrouve enfin quelques acteurs un brin potiche comme Orihime (ce qui n’est pas nouveau), Sado quasiment invisible et Urahara n’ayant pas servi à grand-chose… Bref,  cela reste correct.

     

     

    Le récit reprend les bases de la licence de façon dynamique et cohérente bien que de nombreux éléments soient occultés, le format ne permettant pas de s’étaler alors, qu’il le faudrait. La bande-son est discrète, mais reste dans la lignée de la version anime. De gros bémols persiste néanmoins, à savoir que présenter un personnage dans un manga ça passe, mais pas dans une adaptation. Et puis, le point de vue des personnages, comme il est présenté ne passe pas vraiment. Enfin, la VF ne rend pas justice à l’adaptation en voulant traduire à tout prix les mots japonais et en perdant de ce fait tout l’attrait. Il manque également, des explications pour le spectateur novice. Bref, le film nous divertit et nous pousse à en savoir plus sur l’original.

     

    【Trailer】

     

     

    Le film Live de Bleach, renoue avec l’intrigue de départ de façon fluide et satisfaisante. L’univers y est respecté tout comme l’ambiance et les effets spéciaux qui sont à la hauteur ! 

    Shūmatsu ni au

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires